Chapitre 2: OÙ TROUVE-T-ON DES POSTES MATPARA ?

 
En ALGÉRIE.
  • La 191ème Section d'Entretien des Parachutes (191ème SEP) à Philippeville.
Jusqu’en 1955, le 1er RCP se composait de trois bataillons. Seul le 1er bataillon disposait d’une section entretien des parachutes: c’était la 191ème SEP. Elle dépendait administrativement de la 191 CLRM de Sétif et elle était installée, à Philippeville (Algérie) à l'Arsenal, caserne des "Isolés". Elle comprenait 25 à 30 plieurs magasiniers. Le 1er  Bataillon était installé à la caserne MANGIN.
À cette époque, le pliage était réalisé par les sautants sous contrôle des moniteurs. C'est en 1952 qu'une organisation différente voit le jour suite à des problèmes récurrents, sans doute d'ouverture. Le pliage est alors effectué essentiellement par des plieurs. Les féminines sont surtout recrutées à Philippeville  au sein de la population des Pieds-Noirs, détenant une qualification couture. Elles font essentiellement de la réparation mais renforcent  au pliage lorsqu'une grosse campagne de sauts est organisée.
Lorsqu'il était fait appel à elles, elles effectuaient le pliage de nuit, après leur rendement réparation. Il n'y a jamais eu de discussion, leur état d'esprit était excellent.
De novembre 1950 à janvier 1951, le chef de section était le lieutenant PETIT (non breveté).
À partir de janvier 1951 le chef de section fut le capitaine DIE, moniteur parachutiste ( grand invalide de guerre, il avait perdu son pied gauche pendant la bataille des Vosges. Son pied avait été sectionné par un éclat d’obus).
À compter du 01/11/1955, la 191ème SEP devint une unité administrative élémentaire au sein de la Base Aéroportée en A.F.N. (BAPFN)
 
Photos transmises par Pierre MALHACHE (coin's 75).
Zone de saut de Philippeville. Aération des parachutes en plein air à Philippeville.
Pliage en extérieur à Philippeville. 1955 ou 1957: SEGURA et SICOT au pliage.
 
  • La 191ème Compagnie de Réparation et d’Entretien des Parachutes (191ème CREP) à Alger.
En exécution des prescriptions de la D.M n°2 941/EM-10 du 31/05/1956, la 191ème S.E.P. changeait d'appellation et devenait la 191ème compagnie de réparation et d'entretien des parachutes (191ème CREP). Le 01 juillet 1956 elle devenait une unité élémentaire de la BAP/AFN. 
 
  • La 191ème Compagnie Moyenne de Réparation des Parachutes (191ème CMRP) à Alger puis Blida.
En exécution des prescriptions de la D.M n° 6 444/EMA/10 du 10/12/1957, la 191ème C.R.E.P. change de dénomination et devient la 191ème C.M.R.P. (Unité formant corps) à/c du 1er mai 1958.
Créée le 1er mai 1958, à partir des personnels d’une unité élémentaire de la Base Aéroportée d’ Afrique du nord, la 191ème C.M.R.P. est une unité formant corps. Elle était stationnée à Alger, chemin Vauban dans l'usine Azoulay. Du 1er mai 1958 au 1er juillet 1958, elle eut pour chef de corps le commandant Paul ARRAULT. Puis du 8 juillet 1958 au 24 avril 1963, le capitaine THARY. Son effectif était de 5 officiers, 22 sous-officiers, 575 PFAT et 116 hommes de troupe.
En octobre 1958, la compagnie crée des centres de récupération de matériels aéroportés à Arzew, à Télerma et à Blida. En juillet 1959 un autre centre est créé à Ouargla.
Ainsi organisée, la 191ème C.M.R.P. participe à onze opérations aéroportées, la dernière étant celle de Bizerte, le 19 juillet 1961. Elle participe aussi à des opérations de maintien de l’ordre à Alger en décembre 1960 et dans la région de Mascaro en mai 1961. Le 13 mai 1961, elle fait mouvement vers Blida, où elle sera implantée jusqu’à son retour en métropole.
La 191
ème C.M.R.P. fait mouvement sur Blida le 01/07/1961 (N.D.S. n° 5 698/CAA/4/GEN. Du 17/06/1961). La 191ème CMRP a obtenu 26 citations pour: 6 officiers, 9 sous-officiers et 11 hommes de troupe.
Elle quittera l'Algérie le 26 septembre 1962 pour s'installer à Montauban.
 
   
Photos transmises par Pierre MALHACHE (Coin's 75).  
Défilé à Boufarik: lieutenant LUCAS chef de peloton. ADC TAJAN - SCH BALVA - SGT GEORGES - SGT MALHACHE.
SCH GEORGES - SGT MALHACHE - SGT SICOT. Jour d'inspection.
   
Photo transmise par Pierre DUPUY (coin's 349).  
 
Prise d'armes à l'usine AZOULAY.  
 
En MÉTROPOLE.
  • La 191ème CMRP à Montauban.
Dans cette nouvelle garnison, les personnels féminins sont affectés aux ateliers Aéro de l'ERGM ALAT. Des détachements d'entretien des matériels de parachutage et de largage sont créés à Brive et à Lannemezan. Sous le commandement du capitaine PEYRONNEL, à partir d'avril 1963, de nouveaux détachements sont créés à Castres et à Migné les Lourdines dans le département de la Vienne. Dans le même temps, la compagnie participe à trente manoeuvres aéroportées dont deux de niveau international et six de niveau national.
?Le 1er mars 1964, la 191 CMRP absorbe les missions du 5ème BRMG dissous à cette date. L'effectif de la compagnie augmente de 1 officier, 3 sous-officiers et 72 hommes de troupe dont 14 du central mécanographique de Toulouse.
?En décembre 1966, la compagnie reçoit enfin son Tableau d'Effectifs de Guerre (TED-G) que le commandant d'unité réclamait depuis plus de trois ans. Mais la suppression de la 5ème région militaire de Toulouse, en un temps où l'on réduisait les structures de l'armée de Terre, lui fut fatale. La 191ème CMRP fut dissoute le 31 janvier 1967.
?Sa mission de mobilisation fut transférée à l'ERGM ALAT & Aéro et ses SOFAT furent mutées au même établissement.
?Un détachement technique aéroporté, rattaché à la 4ème compagnie mixte régionale du matériel de Bordeaux (4ème CMRM) fut créé sous les ordres du lieutenant BIGOT. Le capitaine PEYRONNEL quittait définitivement les parachutistes pour commander l'arsenal de Rouen.

Toujours volontaires pour le saut et les manoeuvres aéroportées, s'adonnant chacun à un entraînement physique intense, accomplissant les tâches les plus diverses au sein de ses détachements, les cadres et les appelés volontaires parachutistes provenant de toutes les régions de France ont toujours fait preuve d'un allant remarquable. Quant aux SOFAT, le colonel PELOUZE, alors directeur de l'ERGM ALAT & Aéro, livra un jour une réflexion qui valait plus qu'un témoignage de satisfaction: " les filles du détachement sont toujours mieux notées que celles de l'établissement."
  • Le fanion de la compagnie: une reproduction est exposée au musée des MATPARA de Montauban. Don de Gilbert GELINOTTE (coin's 202).
 
 



Créer un site
Créer un site