L’armée de Terre a reçu la totalité de ses nouveaux EPC

31/7/2021

Compte tenu de sa capacité limitée d’emport de charge, le besoin de remplacer l’équipement de parachutage individuel (EPI), utilisé depuis le début des années 1980 par les troupes aéroportées de l’armée de Terre, a été exprimé dès 1993, via une première phase de faisabilité ayant duré deux ans.
Puis une étude de définition a été menée jusqu’en 1999, puis elle a été suivie par une phase de développement ayant conduit à qualifier, en 2007, l’Ensemble de parachutage du combattant (EPC), constitué d’un parachute principal dorsal, d’un parachute de secours ventral et d’une gaine d’arme. Mais il aura fallu attendre encore deux ans pour que la commande de 13 500 exemplaires soit notifiée à l’entreprise britannique Airborne Systems Europe Ltd [devenue, depuis, IrvinGQ] au profit des trois armées.
La livraison des premiers EPC a débuté en 2010. Et, selon un point d’étape du ministères des Armées publié en 2012, 2 350 avaient été livrés en mai de cette année-là. « La production de l’ensemble des articles, sous-ensembles et équipements divers est réalisée en Roumanie par la société CONDOR qui agit en tant que sous-traitant déclaré de la société Airborne Systems Europe », avait-il par ailleurs été précisé à l’époque.
« Le coût du programme, pour 13 500 EPC, est de 73,5 millions d’euros aux conditions économiques de 2017. Il a été décidé, en 2017, de porter la cible totale d’acquisition à 15 000 ensembles, pour tenir compte de l’accroissement des effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) », lit-on dans un rapport du Sénat, relatif au projet de loi de finances pour 2018.
Au 1er juillet 2017, 10 350 EPC avaient été livrés aux forces françaises et 1 050 de plus devaient l’être l’année suivante. Et quatre ans supplémentaires auront été nécessaires pour que la totalité de la commande soit honorée.
« La Direction générale de l’armement vient de livrer les 150 derniers Ensemble de parachutage du combattant (EPC) à l’armée de Terre, portant à 1 050 le nombre de parachutes livrés depuis le début de l’année. Avec cette dernière livraison, le parc en service dans les forces s’élève à 15 000 EPC, soit la totalité des parachutes commandés par le marché », a en effet indiqué le ministère des Armées, lors de sa dernière conférence de presse.
Pour rappel, l’EPC a une capacité d’emport de charge de 165 kg (contre 130 kg pour l’EPI) et donne la possibilité d’effectuer des sauts à des « hauteurs inférieures, avec le même niveau de risque », explique l’armée de Terre. « Ce gain concourt à la sécurité de l’avion tout en réduisant la vulnérabilité du parachutiste et la dispersion de la mise à terre », souligne-t-elle. Sa durée de vie est de 18 ans (ou de 180 sauts).
Source Laurent LAGNEAU, 11 juillet 2021.

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !



Créer un site
Créer un site