6 novembre 2003: Crash d'un hélicoptère à Caylus

6/11/2012
1 commentaire




Vers 11 heures, ce 6 novembre 2003, un hélicoptère SA 342 Gazelle appartenant à la 11ème Base de soutien du matériel (BSMAT) de Montauban se dirige vers Caylus. A son bord, le pilote et trois personnels civils, ouvriers d'état. Tous les quatre travaillent à la 11ème BSMAT.
 
Alors qu'il vole au-dessus du hameau de Guillaumet, l’appareil heurte, pour une raison encore totalement inconnue, un des trois brins d'une ligne haute tension de 22 000 volts.
 
Devenu totalement incontrôlable le Gazelle s'écrase dans un champ privé, bordé de bois épais. Sous le choc, les occupants sont violemment éjectés de l'appareil.
Extrait d’un article de la Dépêche du Midi

L’hommage un an après.
 
Une cérémonie sobre et recueillie s’est déroulée, le 8 novembre 2004, dans l'enceinte du quartier Vergnes. Les autorités civiles (Mme la préfète, Mme la députée maire de Montauban) et militaires (le général MARAL représentant le commandant de la région terre sud-ouest, le colonel CAHUET, directeur régional du matériel, des officiers du groupement de gendarmerie) se tenaient aux côtés des familles, des amis et de l'ensemble des personnels de la 11ème BSMAT.

Crédit photo : 11ème BSMAT
 
À l'issue de la prise d'armes, le chef de corps de la 11ème BSMAT a dévoilé une plaque commémorative, à la mémoire des quatre victimes.

Crédit photo : 11ème BSMAT

Dans son allocution le chef de corps évoqua « le choc terrible» qu'engendra cet accident, « une épreuve immense pour les familles, pour notre communauté…». Il rappela, aussi, que « les proches auront toujours besoin de notre soutien… afin que toujours ils trouvent auprès de leurs amis, de nous tous, une fenêtre ouverte et qu'ils voient la lumière au bout des ténèbres».

Crédit photo : 11ème BSMAT

À l'issue de cette cérémonie, les familles et les proches des victimes étaient invités à prendre une collation chaude dans un hangar de la base.
 
 
Crédit photo : 11ème BSMAT
 
Sur le lieu du crash, dans les environs de la ferme Malperié, une stèle a été érigée.

Crédit photo du Net: Marc BONAS
 
Deux ans après le crash de la Gazelle, les conclusions du bureau d'enquête accident de la Défense ont été rendues publiques.
 
Pour lire le rapport, cliquer ici>>

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
  • sandrine dit :
    22/10/2014 à 0h 02min

    Gérard Ariso a été pour moi un vrai père, depuis mon jeune âge: 8 ans, jusqu'à ce tragique accident. Grâce à lui nous avions vécu une vraie vie famille! Gérard était le pillier de la maison, puis lorsqu'il est parti le 6 Novembre 2003, la maison familiale a été aussi anéantie. Le temps n'a rien effacé, les souvenirs sont omniprésents, rien ne peux atténuer ma tristesse.




  • Créer un site
    Créer un site