Chapitre 2: OÙ TROUVE-T-ON DES POSTES MATPARA ?

 

La spécialité MATPARA au sein de l'Inspection Technique du Matériel à Saint-Thomas d'Aquin puis à Malakoff et à Lyon.

  • Le Détachement d'Inspection Technique à Saint-Thomas d'Aquin (DIT).
L’Inspection est créée en 1946. Elle est divisée en deux directions distinctes et autonomes : une inspection technique des matériels et des munitions, et une inspection des matériels automobiles. (source Matériel & Technique n°175 de janvier 2011).
Au cours des périodes marquées par les opérations d’Indochine et d’Algérie, les inspecteurs techniques sont présents sur les différents territoires.
  • Témoignage du Capitaine TARRIDEinspecteur technique des matériels en Indochine.
« Au cours d'un saut d'entraînement, le parachute s’est mis en torche et le para s’est écrasé au sol, tué sur le coup. J’apprends lors de mon enquête que l’officier commandant à sanctionné sévèrement la plieuse de ce parachute, l’accusant de malfaçon au pliage. C’est grave et diffamatoire !
Pour lever le doute, après ma vérification en atelier, je fais replier ce parachute tel quel par la même plieuse (en pleurs) et je demande à m’inscrire pour le saut du lendemain. Celui-ci est parfaitement réussi, le parachute s’ouvre normalement. J’en informe moi-même la plieuse (qui à ce moment là pleure de reconnaissance) et, donne mes conclusions au colonel commandant la base. »
Il ne s’agissait pas d’une erreur de pliage de parachute. Celui-ci avait été utilisé par temps de pluie et n’avait pas subi un temps de séchage suffisant. Cela expliquait pourquoi il n’avait pu s’ouvrir, les bords d’attaque restant collés.
Pour remédier à ces incidents, les plieuses définissent alors les premiers règlements de leur spécialité : effectifs par table de pliage, rendement horaire,...).
Le serment du plieur de parachutes, inspiré de l'école britannique et récité par chacune d'elle en début de journée, est connu de tous les « bérets rouges » de l’époque. La très forte personnalité de ces femmes et l’admiration qu’elles suscitent chez leurs compagnons d’armes font que le terme de « plieuses » de parachutes subsiste encore cinquante ans après « la masculanisation » du poste. Ce sont elles qui, en 1950, expérimentent les nouveaux matériels et les nouvelles techniques de conditionnement. Elles participent activement aux essais du parachute TAP 660 qui doit équiper les troupes aéroportées qui seront larguées à partir d’avions rapides. A ce moment, en effet, les vieux Junker 52 et les Dakota viennent d’être remplacés par le Nord 2500 (prédécesseur du Nord 2501 qui sera employé à l’ETAP jusqu’en 1986).
En 1970, l’inspection est dotée d’une nouvelle structure confiant à un seul chef la mission de contrôle de toutes les activités du Matériel : l’ISMAT.
  • Ils ont servi à l'inspection technique.
CDT TARRIDE LCL LEON CNE BORDE SLT ESPOSTI CNE AMOUILLIN
1972 - 1973
CDT CLOAREC
?1973 - 1977
     
LTN DUBOIS ACH BONNEFOND ACH GEORGES      
  • Le Contrôle Technique du Matériel au Fort de Vanves (CTMAT).
Le Contrôle Technique du Matériel de l’Armée de Terre (CTMAT) a vu le jour le 1er octobre 1981.
  • Témoignage du LCL BORGEAL (Coin's 346).
" Je me suis toujours attaché à défendre la qualité de vie et l’esprit de sécurité du plieur. J’avais un système de contrôle de l’activité des SEP qui a laissé perplexe quelques chefs de corps peu soucieux de la qualité de vie de leurs plieurs."
  • Ils ont servi au contrôle technique.
LCL BORGEAL
1977 - 1981
CDT FOUBET
1981 - 1985
CDT PECO
1985 - 1988
CDT DOMENECH
1988 - 1989
LCL CHAUMAZ
1989 - 1993
LCL TARRAT
?1993 - 1996
ADC LAUNAIS ADC ROBELIN ADC LAFOLE ADC PEDRO ADC LEBRETON CNE MARTINEZ
  • Le Service Central Technique du Matériel (SCTM).
En 1995, le Service Central Technique est créé. Il est doté d’une sous-direction Contrôle, qui reprend les missions du CTMAT et intègre ses détachements.
En 1998, le SCT est dissout. Le CTMAT intègre la DCMAT en tant que sous-direction Contrôle. En 2000, cette sous-direction devient sous-direction Qualité Contrôles (SDQC).
  • Ils ont servi au service central technique.
 
CDT BURNY
1996 - 2000
LCL CAPEL
2000 - 2001
CNE BOURDIN CNE SACHELI
1999 - 2002
ADC PEROTTO  
  • La Mission de Conseil et d'Assistance de la Maintenance (MICAM).
Cette Mission est créée à l’été 2001, implantée à Lyon et rattachée à la DCMAT. En 2004 la MICAM est rebaptisée Mission de contrôle et d’assistance du Matériel.(source Matériel & Technique n°175 de janvier 2011).
  • Ils ont servi à la MICAM.
 
LCL GREYER
2002 - 2006
LCL N'GUYEN
2006 - 2009
CDT GIGOT
2009 - 2012
CDT GRELLIER
2012 - 2015
CDT MONTAURIER
2015 - 2016
 
     
ADC HENRY ADC MANTAUX
?2015 - 2016
ADC KERISORET      
  • Mission de contrôle et d'appui de la maintenance
Depuis le 01 juillet 2016, la MICAM est rattachée à la SIMMT.
MICAM signifie: Mission de contrôle et d'Appui de la Maintenance.
       
CDT RENUIT
2016 -2018
CNE FILLATRE
2018 - 
       
       
ADC KERISORET ADC DANIEL-DAVID
2019 - 
       
  • Témoignage de Franck MONTAURIER ( Coin's 501).
Les pérégrinations de la MICAM «Para Largage».
Tout a commencé comme cela c’est terminé : sur la brèche ! 
Je souhaiterais au travers de ce bref témoignage louer la fonction de contrôleur conseiller assistant au sein de la cellule des matériels de parachutage et largage de la MICAM afin de rendre hommage à tous ceux et celles qui y ont servi et pourquoi ne pas susciter des vocations. 
Lorsqu’en mars 2015 mon pote Thierry, alors chef de cellule, me sollicite pour le suppléer en Nouvelle-Calédonie, je saisis l’opportunité pensant que cela ne se présentera pas deux fois ! Et pourtant trois mois plus tard, je reçois mon OM pour le remplacer ; commence alors une formidable aventure qui viendra clôturer ma carrière militaire. 
Servir à la MICAM ne ressemble en rien à ce que j’avais pu connaître lors de mes précédentes affectations.
L’inspection technique requiert une représentativité sans failles et nécessite une remise en question permanente tant le champ des matériels et des problématiques est importante.  En cela cette fonction est passionnante car elle oblige à élever sans cesse son niveau technique, à aiguiser en permanence son sens de la curiosité et de l’analyse et sans doute le plus difficile à conseiller et convaincre les unités contrôlées.
Bien que micro-spécialité au sein de l’arme du Matériel en terme de personnel affecté, les matériels de parachutage et largage représentent quand même 450 codes EMAT8 dans le SIM@T (sans oublier les matériels hors dotation) et l’organisation puis les règles d’exécution du maintien en condition de ces matériels sont exigeants et donc parfois difficiles à mettre en œuvre dans certaines unités ou environnements spécifiques (OPEX ; MCD).
Toute la difficulté pour les contrôleurs est de mettre le curseur de l’exigibilité au bon niveau afin de préserver l’intégrité et la préservation des matériels car celles-ci garantissent la sécurité des utilisateurs et la maîtrise des coûts du MCO. Le métier d’inspecteur technique (ancienne dénomination) exige également d’être impartial, parfois intransigeant mais aussi souple sur les pattes arrière… 
Après ce bref aperçu de l’ADN du MICAMIEN, sa « tournée » des unités dotées des matériels para largage commence en septembre et s’achève après avoir contrôlé près d’une quarantaine de DTMPL, AMPL, AMVP ou autres magasins aéronautiques dont les positions géographiques, quand on les évoque, font chaud au cœur (NCF ; La Réunion ; Gabon ; Burkina Faso ; Niger ; Tchad ; Djibouti ; Guyane ; Corse) ou froid dans le dos (Chaumont ; Etain) !
Adaptabilité et polyvalence sont aussi nécessaires car outre les unités classiques que l’on connaît bien et dans lesquelles on a parfois servi (DTMPL et AMPL AdT), il y a celles moins conventionnelles dont les spécificités nous sont quelquefois étrangères (AMVP ; DTMPL autres armées ; USSC7 ; 61ème RA ; etc.). 
Au-delà de la mission régalienne vouée au contrôle (mandat EMAT), la MICAM reste pour le contrôleur une formidable aventure humaine.
Pour mémoire, la cellule Matpara est composée de deux personnels, un chef de spécialité et un expert technique, renforcée de temps à autre par des sous-officiers réservistes lorsque les matériels sont spécifiques ou si le volume de l’unité le nécessite.
Lors de cette saison 2015-2016, les rencontres et échanges ont été enrichissants, cordiaux et souvent amicaux malgré l’ambivalence du contexte (contrôleur & contrôlé). 
Pour conclure, je tiens à souligner l’excellent esprit dans lequel se sont déroulés tous ces contrôles et je profite de ce billet pour remercier mon adjoint David, pour les deux premiers mois Jean-Noël, mes deux réservistes Christophe et Eric ainsi que tous les officiers, sous-officiers, militaires du rang et civils qui nous ont aidé, accueilli et parfois occupé le temps d’un week-end.
Et bonne chance à la relève !



Créer un site
Créer un site