Hommage aux morts d'Indochine

7/6/2011

 
La journée nationale d’hommage aux "Morts pour la France" en Indochine a été instituée par le décret du 26 mai 2005. Chaque année, le 8 juin est la date officielle de commémoration des victimes de la bataille de Diên Biên Phu.

Pour visionner le memorial des guerres en Indochine, cliquer ici.

L’Indochine comprenait alors la Cochinchine, l’Annam, le Tonkin, le Laos, et le Cambodge. Tous ces territoires avaient été colonisés par la France en 1884. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, les Vietnamiens ont engagé la lutte armée afin d’obtenir leur indépendance.

Ce fut alors le début de la guerre d’Indochine, avec l’envoi par la France d’un grand nombre de soldats, pour maintenir son contrôle sur sa colonie indochinoise.

En 1954, les forces communistes viennent à bout de l’armée française lors de la bataille de Diên Biên Phu. Cette défaite entraîne le désengagement de la France en Indochine. La conférence internationale de Genève qui se déroule au cours du printemps et de l'été 1954 met fin au conflit. Les colonies acquirent alors leur indépendance.

Les pertes militaires françaises sont lourdes : plus de 47 000 soldats métropolitains, légionnaires et africains ont été tués ainsi que 28 000 autochtones combattant dans le Corps Expéditionnaire Français d’Extrême-Orient et 17 000 dans les armées des États associés de l'Indochine.

Cette journée permet donc d’honorer la mémoire de tous ces combattants tombés au cours de ce conflit souvent méconnu.


 

Né en 1917, Jean SASSI, qui avait déjà fait la campagne de France en 1940 et des Corps Francs  d'Afrique, s'engage dans la force Jedburgh, créée en 1943 et composée de 300 volontaires britanniques, américains et français, précurseurs des forces spéciales contemporaines. Ces commandos Jedburghs seront parachutés par équipes de trois sur l’Europe occupée au cours de l’été 1944. Une quarantaine de Jedburghs français, dont Jean SASSI, participèrent ensuite aux opérations contre les Japonais en Asie, notamment en Indochine, au sein de la Force 136. 

De retour en métropole, après quatre ans au 11e Bataillon de choc, Jean SASSIretourne au Laos où il recrute plusieurs maquis de Méos qui portent des coups très rudes aux régiments vietminh par des embuscades et des coups de main sur leurs arrières. Avec deux mille Méos et Laotiens, il tentera en vain de porter secours à la garnison de Dien Bien Phu où son unité arrivera au lendemain de la chute du camp retranché le 8 mai 1954.

Il avait ensuite combattu en Algérie au sein du 11e Choc.

Le colonel Jean SASSI était commandeur de la Légion d’honneur, Croix de guerre 39-45 et Croix de guerre des TOE (Indochine). Il était le président fondateur de l'Association nationale des anciens parachutistes du 11e Choc, dite "BAGHEERA".


 

Partagez sur les réseaux sociaux

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !



Créer un site
Créer un site