Chapitre 10: MATÉRIELS DE PARACHUTAGE, DE LARGAGE

ET DE VOL DE PENTE.

 
Les équipements de sécurité.
 
Les altimètres.
 
  • Équipement chrono-altimétrique EL 15F1.
L’équipement chrono-altimétrique EL 15 F1 se composait d’un altimètre « BADIN 511 » gradué de 0 à 5000 m et d’un chronomètre, tous deux intégrés dans une coque métallique protégé par un étui en mousse orange pour le préserver des chocs.
L'altimètre possédait une fenêtre indiquant la pression atmosphérique.
Fixé sur le parachute ventral par les élastiques de rappel, il indiquait au parachutiste la hauteur et le temps écoulé depuis le départ de l’avion.
Il pouvait être équipé d’une valve hydrofuge le rendant étanche pour les sauts en mer ou sur plan d’eau.
  • Équipement chrono-altimétrique EL 38.
L’équipement chrono-altimétrique EL 38 se composait d’un altimètre « BADIN » gradué de 0 à 5000 m et d’un chronomètre, tous deux intégrés dans une coque métallique orange.
L'altimètre possédait une fenêtre indiquant la pression atmosphérique.
Fixé sur le parachute ventral par les élastiques de rappel, il indiquait au parachutiste la hauteur et le temps écoulé depuis le départ de l’avion.
Il était équipé d’un levier pouvant obturer la prise d'air, le rendant ainsi étanche pour le poser en mer ou sur plan d’eau.
  • Équipement altimétrique EL 46.
En service de 1985 à 2014, l’équipement chrono-altimétrique EL 46 se composait d’un altimètre « BADIN 511 » gradué de 0 à 5000 m intégré dans une coque plastique orange.
L'altimètre possédait une fenêtre indiquant la pression atmosphérique.
Fixé sur la sangle abdominale du parachute de type "tout dans le dos", il indiquait la hauteur au parachutiste.
Il était équipé d’une levier pouvant obturer la prise d'air, le rendant ainsi étanche pour le poser en mer ou sur plan d’eau.
Il pouvait être équipé d’une valve hydrofuge le rendant étanche pour les sauts en mer ou sur plan d’eau.
  • Équipement altimétrique de poignet EL 62.
En service de 1994 à 2015, l'altimètre EL62 était utilisé par les chuteurs opérationnels pour les sauts à grande et très grande hauteur, de jour comme de nuit, grâce à un éclairage intégré ; le cadran affichait une altitude de 0 à 10 000 mètres en deux tours.
Un "gant" permettait sa fixation sur la main gauche du chuteur.
Son accumulateur était rechargé au moyen du lot de chargement pour altimètre LTCH 95.
  • Lot de chargement pour altimètre EL 62, LTCH95.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.
Le lot de chargement LTCH 95 permettait de tester et de recharger l’accumulateur de l’altimètre EL 62. Il était composé d’un chargeur multipostes et d’un testeur.
Le chargeur multipostes du LTCH 95 permettait de charger simultanément et de manière indépendante jusqu’à 5 altimètres EL 62. Il comprenait un boitier de charge et 5 cordons de raccordement aux altimètres.
La face avant était équipée de 16 voyants d’information de charge et de 5 connecteurs femelles. Il fonctionnait sur 220 V. Une phase automatique de décharge précédait la charge effective afin de préserver la longévité de la batterie.
Le testeur permettait, avant utilisation de l’altimètre EL 62, de contrôler la tension restante dans son accumulateur. Il comprenait un boîtier équipé de diodes de couleurs différentes et d’un connecteur mâle pour la connexion avec l’altimètre.
  • Équipement altimétrique de poignet EL 89.
En service de 2000 à 2007, l’équipement altimétrique de poignet EL 89 était utilisé dans la plage de 0 à 4 000 mètres.
Il est gradué de 50 en 50 m de 0 à 1000 mètres et tous les 100 m jusqu’à 4000 mètres.
Il peut être utilisé de jour comme de nuit grâce à un marquage luminescent.
Une molette de réglage permet de mettre au sol l'altimètre à 0 en fonction de la pression atmosphérique.
  • Équipement altimétrique de poignet EL 116.
Altimètre de poignée en service depuis 2011, il est destiné aux sauts d'entraînement de jour comme de nuit et fonctionne grâce à des capteurs et des composants électroniques.
Il se compose d’une face analogique de 0 à 4000 mètres et d’une face numérique comprenant un cadran sur lequel il est possible de consulter de nombreuses informations (charge de la batterie, nombre de sauts, altitude de saut et d'ouverture, etc.).
Il connaît de nombreux dysfonctionnements, à priori à cause de soucis de pile rechargeable.
  • Équipement altimétrique de poignet EL 117.
Altimètre de poignée en service depuis 2011, il est destiné aux chuteurs opérationnels et fonctionne, de jour comme de nuit, grâce à des capteurs et des composants électroniques.
Il se compose d’une face analogique de 0 à 10 000 mètres (0 à 2000 m sur le premier demi tour de cadran, de 2000 à 10 000 m sur le deuxième) et d’une face numérique présentant les mêmes informations que l’EL 116.
Sa particularité est de pouvoir effectuer un réglage de hauteur ou de QFE (altitude pression) au sol et en vol.
Il peut être utilisé sur plan d’eau.
  • Altimètre sonore OPTIMA II.
Suite à de nombreux disfonctionnements des altimètres EL 116 et EL 117, interdits d’emploi 2 fois en 2012 et 2013, l’EMAT a ré-autorisé leur emploi à compter de juillet 2015 sous conditions dont celle d’un couplage avec un altimètre sonore.
L’altimètre sonore OPTIMA II délivre en chute (et même sous voile) une alarme ou une série d’alarmes sonores dont la (ou les) hauteur(s) sont programmées par le sautant.
Sur la face avant, on trouve un écran où peuvent apparaitre les principales indications suivantes :
- hauteur (ou différence de hauteur programmée),
- unité de mesure (mètres ou pieds),
- niveau sonore,
- horloge,
- altitudes des alarmes programmées en chute et sous voile,
- altitudes des alarmes programmées sous voile,
- indicateur de niveau de piles,
Sur la face arrière, on trouve le logement des piles avec sens de polarité indiqué sur le couvercle, le bouton de réinitialisation, le haut-parleur ainsi que 4 lumières permettant le passage des liens plastiques pour la fixation extérieure au casque.
 
En page 2, les ouvreurs de sécurité, les équipements de navigation et les équipements oxy.
Retour en page d'accueil:
"Les matériels de parachutage et de largage".



Créer un site
Créer un site