Chapitre 10: MATÉRIELS DE PARACHUTAGE, DE LARGAGE

ET DE VOL DE PENTE.

 

Les parachutes à matériel.

 
Les parachutes de charges
Leur rôle est de supporter la charge et d'en freiner la descente pour lui assurer une mise à terre dans de bonnes conditions.
  • Voilures à usage multiple (VUM).
Appelées autrefois GUM (gréements à usages multiples), les VUM (voilures à usages multiples) sont constituées d’une voile et de suspentes réparties en 2 ou 4 groupes égaux sur 2 ou 4 manilles.
Les manilles, grâce à leurs axes démontables, peuvent être reliées indifféremment soit à un harnais (TR 800) soit à un élévateur (TAP 70).
Les VUM proviennent soit du déclassement de voilures à personnel françaises ou US, soit de fabrication directe. Elles prennent l’appellation d’AMR.
Historique : la transformation de parachutes à personnels en parachutes à matériel a germé dans l’esprit de trois capitaines qui ont eu l’idée d’utiliser des voiles (parachutes dorsaux et ventraux) déclassées.
Ces parachutes transformés étaient appelés AMR qui sont les initiales de leurs 3 noms : ARRAU, MASSON et RAMAUD.
Les différentes VUM issus du déclassement sont les :
- AMR 715 : déclassement TAP 501
- AMR 716 : déclassement TAP660, TAP661 et T5 US
- AMR 718 : déclassement TAP 672 A 12
- AMR 720 : déclassement TAP 696-26 F2
- AMR 722 : déclassement TAP 511 et 511 F2
Les VUM de couleur sont soit issues du déclassement et teintes soit de fabrication directe. Elles sont destinées à faciliter le repérage du contenu d’un colis ou d’une charge en fonction de son contenu :
Couleur Type de matériels
Blanc avec croix rouge Sanitaire
Bleu Carburant - Lubrifiant
Jaune Transmission
Orange T.I.D.
Rouge Armement - Munitions
Vert Vivres - Eau
  • Sac à parachutes TR 800.
Le sac à parachutes TR 800 est destiné au largage en colis d'accompagnement des matériels de masse comprise entre 40 et 360 kg. Il permet d’utiliser de une à trois VUM selon les surfaces et a l’avantage d’offrir à volonté le choix entre une ouverture “suspentes premières” ou “voile d'abord”.
Il est également équipé d’une SOA adaptée à l'aéronef, multi-aéronef ou perdable. Ces SOA sont soit issues du déclassement de SOA ayant dépassées leur limite d'âge avec les parachutes à personnel  soit de fabrication directe.
  • Sac à parachutes TAP 36.
Le sac TAP 36 était aussi appelé sac à grappe pour charge de 300 à 600 kg. Il pouvait contenir 3 à 6 gréements à usages multiples de même type.
Il était composé d’un sac avec sangle de liaison, d’élévateurs, d’un contre-élévateur, d’un prolongateur, d’une jumelle de liaison et d’une bâche de conditionnement et de récupération.
  • Sac à parachutes TAP 70.
Appelé à l’origine TAP 70 car il pouvait recevoir de 7 à 10 VUM AMR 716, il peut désormais recevoir également de 4 à 8 voilures AMR 718 ou AMR 720.
Utilisé en solo ou en grappe, il couvre, à lui seul, la plage des matériels de masse moyenne, comprise entre 400 et 3100 kg en utilisant de 1 à 3 sacs.
Il est composé d'un sac avec une sangle de liaison, d'élévateurs, de contre-élévateurs, de manilles et de jumelle de liaison et de prolongateurs. Il n'y a pas de voilure dans l'unité collective.

Pliage du TAP 70.
  • Parachutes de charge 500kg, PL12 et PL121.
Le parachute de charge PL 12 est un parachute de charge qui peut assurer une vitesse moyenne uniforme de descente verticale de 6 m/s à une masse sous parachute de 450 kg environ en solo. Il peut être aussi utilisé en grappe de deux à cinq.
Il est composé d'un gréement G12 de 320 m2, d'un sac avec une sangle de liaison, d'élévateurs, de contre-élévateurs, de manilles et de jumelle de liaison et de prolongateurs.
Le parachute PL 121 est majoritairement identique au parachute PL 12  mais a été adapté au largage à faible hauteur par le rajout de volets accélérateur d'ouverture et par le rallongement du système régulateur d'ouverture.

Pliage PL 12 sous TD2.
  • Parachutes de charge 1 500kg, PL11 et PL11 F1.
Les parachutes de charge PL 11 ou PL 11 F1 sont des parachutes d’origine américaine qui peuvent assurer une vitesse moyenne uniforme de descente verticale de 7,3 m/s à une masse de 1500 kg environ.
Les parachutes PL 11 ou PL 11 F1 employés pour le largage à moyenne hauteur sont utilisés en solo ou en grappe dont le nombre est défini dans les documents particuliers aux charges à parachuter. Les parachutes PL 11 et PL 11 F1 ne diffèrent que par le sac.
Ils sont composés d'un gréement PL11 de 730 m2, d'un sac coton (PL 11) ou nylon (PL 11 F1) avec une sangle de liaison, d'élévateurs, de contre-élévateurs, de manilles et de jumelle de liaison et de prolongateurs.
Le bord d'attaque, est équipé de 118 anneaux destinés à recevoir deux drisses de strangulation associées aux coupe-drisses pyrotechniques RT17. Ces drisses de strangulation assurent une ouverture progressive de la voile.

Pliage PL11.
  • Parachute de charge G 11-B du SLE.
Le parachute de charge G 11-B est employé en grappe de trois pour le largage de l’embarcation ECUME. Il est utilisé pour une charge de masse maximum (selon les versions de l'ECUME) de 5000 kg environ.
Sa voilure de 730 m² prend, en vol, une forme de coupelle aplatie du fait de sa ligne centrale fixée à la cheminée.
  • Parachute de charge G 12-E du SLE.
Le parachute de charge G 12-E, employé en entraînement pour la plate-forme du SLE (Système de Largage de l'Ecume), est utilisé pour une charge dont la masse totale est de 1270 kg. En opération, il n’y a pas de parachute pour la plate-forme qui tombe à la mer et coule.
Ce parachute est utilisé en limite haute de charge en raison du choc à l'ouverture moindre malgré une vitesse de descente assez élevée (10,4 m/s pour 8,8 m/s à masse maximum de 1180 kg).
Sa voilure de 320 m² prend, en vol, une forme de coupelle aplatie du fait de sa ligne centrale fixée à la cheminée.
Parachute extracteur
Le parachute extracteur a pour fonction de provoquer l'ouverture des parachutes de charge loin de l'appareil pour éviter que ceux-ci s'accrochent à l'avion dans le cas d'un largage par gravité.
  • PE 9.
Le parachute extracteur pour charge inférieure à 2000 kg PE 9 est destiné à séparer d’une charge, larguée par gravité, le ou les sacs des parachutes de charge (TAP 70 ou PL 12) d’une masse inférieure à 150 kg quand il est utilisé en solo ou 300 kg pour un PE 9 duo et à provoquer le déploiement “suspentes premières” des voilures correspondantes.
Dans le cadre du LMTGHOB (Largage Matériel Très Grande Hauteur avec Ouverture Basse), il sert également de stabilisateur et de ralentisseur à la charge jusqu'au déclenchement de l'EL 19 MAT qui assure l'ouverture des voiles de charge.
Il est constitué d'une voilure de 4,38 m2, d'un sac et d'une SOA, désormais perdable et à usage unique. Cette dernière est maintenant confectionnée lors du conditionnement au moyen de ruban. Elle est reliée au câble de l'aéronef par une drisse fusible de 75 daN de résistance qui casse après la séquence d'ouverture "suspentes premières" du PE 9.
Parachutes éjecteurs génération Nord 2501.
Les parachutes éjecteurs ont pour fonction d'extraire des charges lourdes hors de l'avion, et ensuite de provoquer l'ouverture des voiles dans le cas d'un largage par éjection.
  • PE 5.
Le parachute éjecteur PE 5 était utilisé dans le cas d’un largage par éjection d’un fardeaux d’un poids de 1 200 à 3000 kg. Sa fonction était d’extraire le fardeau, conditionné sur une plate-forme, hors de l’avion par la porte axiale. À l’ouverture du sac, assuré automatiquement par la commande de largage, le parachute projeté à l’extérieur assurait le déverrouillage de l’arrimage de sécurité, l’extraction de la charge hors de la soute et le déploiement des voiles de charge.
Il était constitué d’un gréement de diamètre 2,70 m, d’un fourreau de voile, d’une chemise, d’une sangle d’éjection, d’une drisse de liaison et d’un sac.
  •  PE 6.
Le parachute éjecteur PE 6 était utilisé dans le cas d’un largage par éjection d’un fardeaux d’un poids de 2000 à 3500 kg. Sa fonction était d’extraire le fardeau, conditionné sur une plate-forme, hors de l’avion par la porte axiale. À l’ouverture du sac, assuré automatiquement par la commande de largage, le parachute projeté à l’extérieur assurait le déverrouillage de l’arrimage de sécurité, l’extraction de la charge hors de la soute et le déploiement des voiles de charge.
Il était constitué d’un gréement de diamètre 3,80 m, d’un fourreau de voile, d’une chemise, d’une sangle d’éjection, d’une drisse de liaison et d’un sac.
Parachutes éjecteurs génération Transall.
  • ARZ 981-11 et ARZ 982-11.
Les parachutes éjecteur ARZ 981-11 et ARZ 982-11 étaient utilisés dans le cas du largage par éjection de fardeaux à partir du Transall C160 et de l’Hercules C130.
Le sac du parachute éjecteur était accroché à l’avion par trois points à la partie arrière du plafond de soute : deux au déclencheur et le troisième, par l’intermédiaire d’une sangle, à un crochet ouvert situé à l’arrière du déclencheur.
Après fonctionnement du déclencheur, le sac encore relié au crochet de l’avion, décrivait une oscillation en bout de sangle, se libérait du crochet et tombait dans le vent relatif en arrière de la rampe.
La séquence d’extraction et de déploiement du parachute éjecteur s’accomplissait.
Le sac reste solidaire du gréement auquel il est relié par une drisse de liaison.
L’unité collective de l’ARZ 981-11 se composait d’un sac PE 17 (PE 18 pour l’ARZ 982-11), d’un gréement de diamètre 2,70 m (3,80 m pour l’ARZ 982-11), d’une drisse de solidarisation, d’une sangle d’éjection et d’un fourreau de voile.
  • ARZ 988-11.
Le parachute éjecteur ARZ 988-11, est destiné au largage par éjection d’un fardeau lourd par la porte axiale d’un aéronef.
Le parachute éjecteur ARZ 988-11 a été étudié spécialement pour fournir la traînée nécessaire au largage par éjection de certains lots de conditionnement de la génération C160 à partir de cet avion muni de son équipement de translation et d’arrimage automatique (ETAA).
Il est le premier de la famille des parachutes éjecteurs ARZ 988-11 à 990-11, de traînée croissante.
Dans le cas du largage classique avec parachutes de charge, il assure successivement les trois fonctions suivantes :
- désarrimage du rail (C160),
- éjection du fardeau,
- extraction des voiles de charge.
Utilisé à partir des C130 et C160 à la vitesse de 130 nœuds, sa voilure, de type cruciforme de presque 12 m² développe une traînée nominale de 2400 daN permettant le largage des fardeaux de masse comprise entre 1660 et 3100 kg.
Sa ligne d'éjection possède côté élévateurs, un marquage vert pour le différencier des lignes d'éjection des autres éjecteurs.
Il est fourni avec une goupille adaptée à la force de traînée du parachute qui casse et permet l'éjection en cas de traînée suffisante en désarrimant le rail.
  • ARZ 989-11.
Le parachute éjecteur ARZ 989-11 est destiné au largage par éjection d’un fardeau lourd par la porte axiale d’un aéronef.
Le parachute éjecteur ARZ 989-11 a été étudié spécialement pour fournir la traînée nécessaire au largage par éjection de certains lots de conditionnement de la génération C160 à partir de cet avion muni de son équipement de translation et d’arrimage automatique (ETAA).
Il est le second de la famille des parachutes éjecteurs ARZ 988-11 à 990-11, de traînée croissante.
Dans le cas du largage classique avec parachutes de charge, il assure successivement les trois fonctions suivantes :
- désarrimage du rail (C160),
- éjection du fardeau,
- extraction des voiles de charge.
Utilisé à partir des C130 et C160 à la vitesse de 130 nœuds, sa voilure, de type cruciforme de presque 17 m² développe une traînée nominale de 3400 daN permettant le largage des fardeaux de masse comprise entre 3100 et 5000 kg.
Sa ligne d'éjection possède côté élévateurs, un marquage jaune pour le différencier des lignes d'éjection des autres éjecteurs.
Il est fourni avec une goupille adaptée à la force de traînée du parachute qui casse et permet l'éjection en cas de traînée suffisante en désarrimant le rail.
  • ARZ 990-11.
Le parachute éjecteur ARZ 990-11 est destiné au largage par éjection d’un fardeau lourd par la porte axiale d’un aéronef.
Le parachute éjecteur ARZ 990-11 a été étudié spécialement pour fournir la traînée nécessaire au largage par éjection de certains lots de conditionnement de la génération C160 à partir de cet avion muni de son équipement de translation et d’arrimage automatique (ETAA).
Il est le troisième de la famille des parachutes éjecteurs ARZ 988-11 à 990-11, de traînée croissante.
Dans le cas du largage classique avec parachutes de charge, il assure successivement les trois fonctions suivantes :
- désarrimage du rail (C160),
- éjection du fardeau,
- extraction des voiles de charge.
Utilisé à partir des C130 et C160 à la vitesse de 130 nœuds, sa voilure, de type cruciforme de presque 30 m² développe une traînée nominale de 5600 daN permettant le largage des fardeaux de masse comprise entre 5000 et 8000 kg.
Sa ligne d'éjection possède côté élévateurs, un marquage rouge pour le différencier des lignes d'éjection des autres éjecteurs.
Il est fourni avec une goupille adaptée à la force de traînée du parachute qui casse et permet l'éjection en cas de traînée suffisante en désarrimant le rail.
  • ARZ 991-11.

Le parachute éjecteur ARZ 991-11, de type cruciforme, était destiné au largage par éjection à très faible hauteur (TFH) d’une charge sur plate-forme par la porte axiale d’un aéronef.
Il assurait successivement les fonctions de désarrimage du rail, de l'éjection de la charge et de freinage de sa course.

Il était fourni avec une goupille adaptée à la force de trainée du parachute qui cassait et permettait l'éjection en cas de trainée suffisante en désarrimant le rail.
Sa voile cruciforme de 37 m2 développait une trainée de 8000 daN permettant le largage de charges de masse totale comprise entre 1600 et 6000 kg.
Sa ligne d'éjection possède côté élévateurs, un marquage rouge pour le différencier des lignes d'éjection des autres éjecteurs.
Un parachute extracteur, appelé "extracteur flamme", assurait le déploiement de l'éjecteur.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
  • Ejecteur du SLE.
Le parachute extracteur (appellation venant des US mais c’est en réalité un éjecteur) a été étudié spécialement pour fournir la traînée nécessaire au largage par éjection de la plate-forme SLE (Système de Largage de l'Ecume).
Il assure successivement les deux fonctions suivantes :
- éjection du fardeau,
- extraction des voiles de charge.
La voilure hémisphérique de 22 m² assure une traînée aérodynamique constante et une configuration rigoureusement stabilisée.
Le sac est destiné à contenir la voile, pliée pour le largage. Il assure :
- l’accrochage au déclencheur de l’avion,
- la projection en arrière de la rampe,
- l’ouverture « suspentes premières » de la voilure qu’il contient.
Il est solidaire de la voilure par l’intermédiaire d’une ligne de retenue fixée par nœud à tête d’alouette à l’estrope. Il est fabriqué en toile et en sangles de nylon.
 
Retour en page d'accueil:
"Les matériels de parachutage et de largage".



Créer un site
Créer un site